Journées du Patrimoine à Beauvechain « sur son 31 »

Belle exposition organisé par la commune dans l’église St Sulpice des photos de mariage des Beauvechainois. Ceci dans le cadre des Journées du Patrimoine.

Encore à visiter ce week-end (7-8 septembre) de 14h à 18h, entrée gratuite.

Publicités
« Petites Histoires, Grande Histoire » à Beauvechain

« Petites Histoires, Grande Histoire » à Beauvechain

Une très belle exposition a été réalisé par les élèves des 4iemes primaires des écoles dans notre entité ! Intitulé « Petites Histoires, Grand Histoire », elle avait comme but de faire travailler les élèves autour de 4 thèmes de patrimoine dans notre commune : La tour et l’église de Tourinnes (bientôt millénaire), le pilori de Hamme, les fonts baptismaux de Beauvechain et la glacière de Tourinnes. Les 4 écoles participants se sont donc approprié le thème, et ils ont bien réussi leur mission.

Cette démarche de la commune (Maison de la Citoyenneté et de la Mémoire) était aussi soutenue par le Centre Culture de Beauvechain et La Maison du Conte et de la Littérature et aussi la province. J’en suis convaincu que cette façon de « apprendre » sur notre patrimoine restera beaucoup plus longtemps dans l’esprit de ces élèves qu’un cours classique… espérons même qu’ils deviendront tous des défenseurs de notre patrimoine plus tard. En tout cas, l’exposition dans le Vert Galant ce weekend (15-17 février 2019) valait la peine !

Lire la suite

Les commémorations autour du 11 novembre à Beauvechain

La fin de la guerre a été commémorée à Beauvechain par deux évènements marquants. Pour ne pas oublier les horreurs d’une guerre et la difficulté d’avoir une paix dans le monde, de nombreux mouvements de jeunesse étaient présents pour rendre hommage à tous ceux qui se sont battus pour notre liberté.

La première était organisée par les classes de 5ièmeet 6ièmeprimaire des écoles communales. Ils ont choisi de planter un arbre de la paix dans le jardin de la cure à La Bruyère.

Le premier était organisé par les classes de 5ièmeet 6ièmeprimaires des écoles communales. Ils ont choisi de planter un arbre de la paix dans le jardin de la cure à La Bruyère. Ils ont rédigé eux-mêmes des textes rappelant la guerre, la paix et le patriotisme, textes lus et présentés ensuite aux représentants des associations patriotiques et anciens combattants et d’une délégation de la Défense. 

Je félicite chaleureusement les élèves et les enseignants pour cette belle initiative, matière pas facile mais qui montre bien qu’on n’oublie pas ce qui s’est passé il y a déjà 100 ans ! 

Le deuxième était plus « classique », c’était la commémoration patriotique du 11 novembre autour d’un monument (pour nous, celui de Hamme-Mille), également en présence d’anciens combattants et de la Défense et entouré par des scouts qui ont fait une haie d’honneur. C’était assez prenant !

Ceci en présence aussi d’anciens combattants et la Défense, et bien entouré par l’unité scout d’Hamme-Mille, qui a fait une haie d’honneur.

Le bourgmestre Marc Deconinck a rappelé les horreurs de la guerre et les efforts incontestables pour obtenir et garantir la paix, non seulement pendant mais aussi après les guerres mondiales. 

Même si nous connaissons une situation stable et exceptionnelle de paix depuis 1945, notre armée a dû régulièrement intervenir ou aider nos alliés ailleurs dans le monde. Merci à eux !

Après la Brabançonne (« Le Roi, la Loi, la Liberté » !) jouée par l’Ensemble Musical de Beauvechain, toutes les personnes présentes ont été invitées au drink de l’amitié à la salle communale des fêtes de Hamme-Mille où une exposition communale de 2014 retraçant l’impact de la Première Guerre Mondiale sur Beauvechain était organisée.

La date de construction de la chaussée – résolu!

Un des articles le plus populaire sur ce blog est mon « Vieux Chemin de Louvain – à la recherche d’un chemin perdu » et la réponse à la question si elle menait vraiment à Leuven. Cet article fut aussi publié dans le bulletin de la Vallée de la Néthen (du Centre Culturel), et ça m’arrive que des gens commencent m’en parler spontanément dans le village.

Un point que j’avais abordé mais pas complètement argumenté, était la date de construction de la chaussée de Louvain. Un article écrit dans les années 1930 avait déclaré, sur base d’une source, que ceci avait été fait dans les années 1720. D’autres articles l’ont ensuite répété.

Sur base d’autres sources et sur base aussi de contexte économique et politique, j’avais toujours tenu que la construction s’est faite dans les années 1750, période de forte croissance pour les villes de Namur et Louvain qui pouvaient donc se permettre de financer un tel projet, tout comme d’autres projets (canal Leuven-Mechelen, …). La construction de voiries dans les années 1720 pouvait alors faire référence à la mise en place de « grandes allées » et « salons » dans la forêt de Meerdael par son propriétaire, le duc d’Arenberg.

Lire la suite

Le pont des sorcières

Merci à M Verhoyen pour l’idée … il m’a parlé de l’endroit dit « le pont des sorcières ». En réalité, elle n’a rien à faire avec des sorcières, et c’est plutôt un tunnel qu’un pont. Mais c’est une bonne excuse pour parler d’histoire et de nature ! Peut-être il y a parmis les lecteurs encore des gens qui se souviennent de ce nom, et savent en dire plus ? Car moi je n’ai pas rencontré des sorcières ici…

IMG_9908

On se trouve ici à Hamme-Mille, pile sur la frontière entre Beauvechain et Bierbeek, près (et en dessous) de la N25 chaussée de Louvain, près du écoduct. On se trouve, si vous venez de Leuven, juste au panneau qui annonce le territoire de Beauvechain.

Lire la suite

Nodebais – l’ancien et l’actuel rue de l’Etang

Peut-être vous vous souvenez quand j’ai parlé du « Vieux Chemin de Louvain » et s’il menait à Louvain, que j’ai postulé le suivant. Une rue qui arrive de façon oblique sur une grande chaussée, et qui continue sous le même angle de l’autre côté, existait vraisemblablement avant la construction de cette chaussée.

On avait ce cas avec la rue Marcelier qui continuait dans la rue Degueldre, avant la construction du nouveau quartier du Chabut, mais d’autres exemples existent dans notre commune et ailleurs.grabNDB

Je me suis longtemps demandé si la même chose s’appliquait sur le chemin de terre presqu’en face de la rue de l’Étang sur la chaussée de Namur à Nodebais. Ce chemin mène vers Bossut et Gottechain par les champs, et il n’y a peu de raison que ce chemin soit créé après la construction de la chaussée, pour desservir des champs. En plus, elle arrive un peu oblique sur la chaussée.

Heureusement, sur le Geoportail de la Wallonie j’ai trouvé une carte de 1948, qui indique une autre route pour la rue de l’Étang : elle arrive pile en face de ce chemin de terre déjà indiqué, et prend une courbe plus loin pour rejoindre l’actuel tracé au carrefour avec la Rue Draye.

Screen Shot 2016-09-27 at 16.20.10

Après m’avoir renseigné auprès de Raymond Evrard, habitant de Nodebais, j’ai pu confirmer ceci. Il se souvient encore la construction de cette nouvelle route en 1954. Une des raisons fut de fluidifier le trafic entrant et sortant de Nodebais. Raymond donnait comme exemple le bus (remplaçant le tram) qui avait des difficultés à prendre cette courbe à l’actuel Ferme des Vignes et la maison. Surtout en hiver, avec des congères de neige à cause du vent, il n’était pas facile de passer.

P1070046

Vue de ce chemin de terre vers la Ferme des Vignes, au-delà de la chaussée de Namur

Raymond m’avait suggéré d’inspecter les dalles de beton, car selon lui on mettait souvent la date du coulage du beton avant que celui séchait. J’ai trouvé une date, juste avant la chicane, qui confirmait pile sa mémoire: 3-7-54. Ce n’est pas trop visible, la photo donne une meilleure impression que la réalité mais on peut retracer ces chiffres avec un doigt.

IMG_4637

En passant par là, une voisine (qui habite la maison de l’ancien marchand de fer) me racontait qu’elle avait entendu dire qu’il y a toujours un ancien puit en dessous du carrefour, la donc ou on a construit la nouvelle route entre les deux maisons.

P1070057

Vue de l’autre coté vers ce chemin de terre (les deux arbres), ou il avait d’entames donc un chemin creux.

La nouvelle route fut construite par l’ancienne commune de Nodebais, et sauf une petite trace dans l’égouttage de la chaussée (voir photo ci-dessous), il ne reste plus rien de l’ancien chemin. Raymond se souvenait quand même que l’expropriation ne fut pas si douloureuse pour le propriétaire : en échange il obtenait le terrain de l’ancien chemin, et donc ce fut un échange plus ou moins correct.

P1070049

Dernière trace de cette rue … un passage au dessus de l’égouttage qui n’a plus aucune utilité. Le chemin creux a été rempli.

Merci Raymond ! Le chemin de terre vers Bossut est donc plus ancien que la chaussée, et elle était vraisemblablement le moyen de transport principal entre Nodebais et Bossut.

P1070041

Et donc la « nouvelle » rue de l’Etang en sortant de Nodebais.