Compte-rendu du Conseil communal du 16 février 2009

Vous trouverez ci-joint le dernier compte-rendu communal, avec un dossier sur l’agence locale pour l’emploi et quelques divers…

Bonne lecture et à bientôt !

Compte-rendu du Conseil communal du 16 février 2009

 

Ce Conseil de février avait à son ordre du jours des points essentiellement techniques. Comme son compte-rendu sera bref, j’en profiterai pour vous parler de l’Agence Locale pour l’Emploi (en abrégé: ALE).

 

Table des matières

  1. Conseil communal du 16 février 2009
  2. Dossier: l’Agence pour l’En…quoi ?
  3. Divers:

A. Samedi citoyen

B. Des jeunes au Conseil

C. Un VAP à Beauvechain ?

 

1. Conseil communal du 16 février 2009

  1. Points 3-4-5: Plaines de vacances et accueil extrascolaire

Chaque année la commune revoit le tarif des plaines, son organisation, la rémunération des animateurs, les conventions qui nous lient avec l’Intercommunale Sociale du Brabant Wallon (ISBW), etc…

Cette année, les plaines de vacances se dérouleront du 3 au 21 août, et s’adresseront aux enfants de 2,5 ans à 12 ans. Le coût des deux premiers enfants inscrits est en légère augmentation de 5€ (25€/semaine plutôt que 20 pour un habitant de Beauvechain, 35€ pour un « extérieur » plutôt que 30), par contre le coût à partir du troisième enfant reste inchangé pour tous: 10 €. En-dehors des heures de plaine, une garderie est prévue (7h30-9h/16h-18h), qui coûtera par ½ jour 1,5€. Dans la foulée, les animateurs de plaine et de garderie ont vu leur rémunération augmenter. Enfin, l’ISBW nous « prête » un chef de plaine et une animatrice complémentaire, dont coût pour la commune: 1.368, 5 €.

Bien sûr, le conseil communal n’approuve jamais avec plaisir d’augmenter le coût de ses services, mais d’une part il était nécessaire de revaloriser le personnel des plaines et d’autre part il faut reconnaître que ces plaines, dont on me loue souvent la grande qualité, restent accessibles à des prix très abordables.

  1. Point 6: Budget de la Zone de police  « Ardennes brabançonnes »

 

Comme vous le savez probablement, la réforme des polices a entraîné la fin des polices communales sous l’autorité du Bourgmestre. Désormais, elles sont regroupées par zones sous l’autorité d’un Commissaire, placé sous la tutelle d’un Collège Police (qui regroupe les Bourgmestres des communes concernées) et d’un Conseil de Police (composé de conseillers communaux issus de ces mêmes communes).

Notre zone s’appelle la zone de police « Ardennes brabançonnes » (ne me demandez pas pourquoi elle s‘appelle comme ça, je serais bien en peine de vous expliquer le choix du nom) et est composée de 4 communes: Beauvechain, Chaumont-Gistoux, Grez-Doiceau et Incourt). Pour plus d’information sur la zone, surfez sur : http://users.swing.be/sw368131/

Le budget total de la zone pour 2009 est de 4.620.546,52€ dont 2.487.824, 01 à charge des communes (le reste étant pour le fédéral). La part de Beauvechain est de 450.499,88€  (soit 18,11 %).

Sur le plan technique j’ai fait remarquer que le budget extraordinaire de la zone (pour rappel, les dépenses d’investissement) était bien faible, au regard de la construction d’un hôtel de police qui est normalement prévue. Je me demandais si ce projet était reporté aux calendes grecques… Le Bourgmestre Marc Deconinck m’a répondu que la construction devrait bien commencer fin d’année mais qu‘une technique budgétaire spécifique avait été appliquée ici (je reste vague parce que j‘ai pas très bien compris les explications, malgré la bonne volonté de Marc…ah, on apprend tous les jours ;-).

L’emplacement est idéal en ce qui nous concerne, puisqu’il est prévu pas loin de chez nous, à côté du nouvel hall omnisport de Grez-Doiceau.

 

  1. Point 7: Sedifin – Achat groupé de services de télécommunications

Sedifin, dont je suis vice-président, est l’intercommunale « financière » de la plupart des communes du Brabant wallon. Elle a principalement pour mission d’assurer aux communes des rentrées financières stables, sous forme de dividendes, qui sont versés au budget ordinaire. Ces rentrées financières proviennent principalement des activités « énergie » des communes (gaz et électricité, via Sedilec) et des rendements de placements des capitaux dont Sedifin dispose.

Depuis la ,libéralisation du marché de l’électricité, il devient de plus en plus difficile à Sedifin d’assurer aux communes des dividendes stables. Aussi a-t-on développé d’autres activités – via une filiale (Sedifin Power Invest) en charge du développement d’énergie renouvelable, notamment via la technique du tiers investisseur – ou des projets propres afin de soulager les finances communales.

Le premier projet a été de regrouper les communes dans un marché global énergétique, ce qui a permis d’obtenir des conditions de marché très intéressantes. Les communes ont ainsi pu bénéficier de tarifs préférentiels et donc diminuer de manière conséquente leurs factures d’électricité et de gaz.

Le second projet qui a été soumis au Conseil vise à faire de même mais dans le domaine des télécommunications (téléphonie fixe et mobile). Avec un appel d’offres portant sur un très gros volume et la concurrence qui va jouer entre les opérateurs, Sedifin espère ainsi pouvoir réduire la facture des communes de 15%. Le Conseil a approuvé la convention de collaboration nécessaire au lancement de l’opération.

2. Dossier: L’Agence pour l’En.. Quoi ?[1]

L’agence Locale pour l’Emploi (ALE) est une asbl qui a été créée en 1995 à la demande des autorités fédérales et communales. La mission principale de l’ALE est d’être un organe d’aide aux demandeurs d’emploi et d’accompagner les chômeurs de longue durée. Une Assemblée générale s’est tenue le 25 février et a permis de dresser un bilan de ses activités, avec l’adoption des comptes 2008 et du budget 2009 (un rapport est disponible sur simple demande).

Il faut savoir que l’ALE a un double visage: l’un, appelé ALE pure, qui gère avec l’ONEM les agents ALE (travaux de jardinage, peinture, soutien administratif…) et l’autre, appelé ALE Titres-Services, pour le volet aide ménagère et ateliers de repassage. Ces deux volets sont nécessaires car les systèmes des chèques ALE et Titres-Services sont complètement différents au niveau des prestataires, au niveau fiscal, juridique ou encore de la gestion ou des activités développées,…

En ce qui concerne l’ALE pure, qui est gérée par un agent ONEM détaché à mi-temps, l’on compte 19 chômeurs actifs (sur 109 inscrits) pour un bénéfice de 1.829, 79€.

En ce qui concerne la section Titres services, gérée par Véronique Gillard, assistée de Patricia De Clerck pour la section repassage, l’asbl emploie 8 repasseuses et 27 aides-ménagère, pour un bénéfice de respectivement 47.914,63€ et 52.343,64€.

Je pourrais vous parler longuement de l’ALE, mais je mettrai plutôt l’accent sur 3 éléments:

– l’objectif de l’asbl est  de promouvoir l’emploi, aussi les bénéfices des dernières années vont être réaffectés dans la création d’un Espace Emploi. L’ALE, en partenariat avec le CPAS et la Commune, va aménager la Rencontre (le bâtiment à l’arrière de la maison communale) afin d’y installer ses bureaux, un Espace public numérique (EPN) et un ancrage communal pour l’emploi (synergie des acteurs communaux sur le terrain de l’emploi), avec un souci particulier en matière de développement durable (isolation renforcée, panneaux photovoltaïques, panneaux solaires, etc…). Cela représente un investissement de près de 320.000€ sur fonds propres.

– Nous avons parlé lors de notre dernière réunion de formation dont une relative à l’attitude corporelle pour éviter des maux de dos ou autres au personnel, dans le cadre du bien-être au travail. J’ai pour ma part suggéré de développer une formation relative à l’utilisation de produits bios et durables, avec l’accord des clients. C’est une discussion qui doit être poursuivie car l’organisation de formations pose des problèmes pratiques.

– Si l’ALE est-ce qu’elle est devenue c’est principalement grâce à son personnel dévoué et efficace, mais surtout grâce à son Président, Stéphane Rouget, qui y a accompli un travail remarquable, et que je tiens à saluer.

3. Divers :

A. Samedi citoyen

La Commune, à l’initiative de l’Echevine Carole Ghiot, a organisé son premier samedi citoyen à destination des enfants de 8 à 13 ans le 14 février dernier, avec la collaboration de la Police locale, la Croix-Rouge, des pompiers de Jodoigne et de l’ASBL Eveil et Sécurité. 86 enfants ont répondu à l’appel et ont ainsi pu se frotter à de multiples activités touchant à la sécurité quotidienne. Un beau succès !

 

 

 

            B. Des jeunes au Conseil 

Quatre étudiants du secondaire ont assisté au Conseil communal, et ont pu poser des questions relatives au Conseil, son fonctionnement, etc… Si nous avons la chance d’avoir un public de quelques habitués, c’est rare de voir des jeunes venir assister à une de nos séances. A titre personnel, je trouve que c’est une excellente initiative pédagogique des écoles en question car cela contribue certainement à démystifier l’action politique. Cela me permet de vous inviter à venir vous aussi, quand un sujet vous intéresse, assister à nos débats.
C. Journée de l’Eau

Le samedi 7 mars avait lieu la journée de l’eau. L’occasion de visiter la station d’épuration sous la houlette d’un guide expérimenté… Marc Deconinck, notre maïeur, ancien directeur de la SWDE ! L’occasion d’expliquer le cycle de l’eau, les prochains grands travaux d’égouttage et de pose du collecteur, et les coût importants de l’assainissement de nos eaux usées… Je n’ai pu assister personnellement qu’au début de cette visite, mais les échos que j’en ai eus sont très positifs !

Je vous souhaite de passer une très bonne semaine et vous dit… à bientôt !

Benjamin GOES

Conseiller  communal


[1] Point développé sur la base du Rapport du Président de l’ALE.

Publicités