Qui vient bosser à Beauvechain ?

Dans un premier article, je vous ai parlé des endroits où les Beauvechainois vont travailler. L’information fournie par Statbel, la direction statistique, permet non seulement de savoir vers où les citoyens partent tous les matins, mais aussi d’où ils viennent pour travailler à Beauvechain. Alors, de nouveau une petite devinette, quel est le top 3 des communes dans ce cas-ci ?

Une petite remarque préalable : ces chiffres datent de 2011 et sont basés sur des données du registre national. Ils ne correspondent pas nécessairement aux navettes journalières (temps partiel, personnel itinérant, …), mais en donnent les grandes lignes.

Voici le résultat

tobeauvechain

 

Premier constat : moins de personnes viennent travailler à Beauvechain (2 758) qu’ils y a des travailleurs qui habitent Beauvechain (l’entité ne pourrait donc pas, en principe, fournir du travail à tous ces habitants – mais Grez et Incourt sont dans le même cas). Aussi, peu de Bruxellois viennent de Bruxelles vers nous et ceci à l’inverse des habitudes de nos habitants. Par contre plus de Flamands viennent travailler chez nous, vraisemblablement un effet de la base militaire.

Dans l’article précédent, j’avais calculé que quasi 90 % des Beauvechainois travaillent dans l’ancienne province de Brabant (Bruxelles inclus), mais l’emploi à Beauvechain n’est  rempli que pour moitié par des gens de cette province (Beauvechain inclus). Il y a plus de 400 personnes qui viennent tous les jours de Liège et plus de 300 du Limbourg.

Je ne l’ai pas indiqué sur le schéma mais on retrouve bien sûr les 695 personnes de Beauvechain qui y travaillent. Sans surprise, le premier du top 3 c’est ce groupe. Pour le reste, une très grande différence avec le top 3 de mon article précédent et beaucoup moins groupé.

  1. Beauvechain 695 (un quart des emplois à Beauvechain)
  2. Saint-Trond 118 (moins que 5 %)
  3. Jodoigne 70 (2,5 %)

Assez  remarquable sont aussi les communes qui suivent, notamment Tirlemont, Grez-Doiceau, Louvain et … Orp-Jauche.

Statbel fournit aussi des chiffres par sexe, intéressants dans ce cas-ci pour plusieurs raisons. Par exemple, à Beauvechain presque la moitié des emplois de femmes est occupée par ses habitantes. L’ordre des communes change aussi pour les femmes : c’est d’abord Beauvechain, après Jodoigne, suivi par Grez-Doiceau. Le top 3 pour les hommes est quasi identique au top 3 comme indiqué ci-dessus, sauf que Tirlemont change de place avec Jodoigne.

Cette fois-ci encore des chiffres assez intéressants. En comparant les chiffres de mon premier article on peut constater que les emplois locaux sont moins occupés par des personnes des communes avoisinantes, sauf pour les femmes. En plus, les navettes journalières sont très différentes si on compare ceux qui partent tous les matins de Beauvechain avec ceux qui y viennent travailler. Par contre, on ne peut pas oublier que Beauvechain a quand même encore une attractivité d’emploi local bien au-delà de sa taille « de commune ».

Publicités