L’histoire de l’église St Joseph à La Bruyère

734077_4473453707128_903431692_nUn article écrit par Luc Jandrain, habitant de La Bruyère. Ses photos sur La Bruyère en été sont déjà apparues précédemment sur ce blog dans cet article.

Jusqu’au milieu du XIXème siècle, les habitants de La Bruyère devaient se rendre, pour participer aux offices du culte, soit à Beauvechain (1/2 lieue = 2,5 km) ou à Tourinnes (3/4 lieue = 3,75 km). Il faut avoir en tête qu’à l’époque la majorité des paroissiens effectuaient le trajet à pied.

En 1843, une première pétition des habitants réclame la construction d’une église dans leur hameau : celle-ci n’aboutira toutefois pas. Une seconde pétition, rédigée en 1863, ne connaîtra pas de meilleur sort, mais c’est une troisième pétition communiquée au conseil communal le 31 janvier 1872 qui emportera finalement la décision de construire une église à La Bruyère.

Le hameau avait en effet quelques atouts dans son jeu : une population d’environ 800 habitants (contre 1100 pour Beauvechain-centre) (La Bruyère donnera d’ailleurs à plusieurs reprises un Bourgmestre à la commune), mais surtout le fait de compter sur son territoire parmi les plus gros revenus communaux.

Eglise de La Bruyère. Carte postale reprise du livre "Beauvechain au fil du temps" par M Deconinck.

Eglise de Beauvechain. Carte postale reprise du livre « Beauvechain au fil du temps » par M Deconinck.

Les plans et devis sont dressés par l’architecte provincial Emile Coulon (auteur des plans de nombreuses églises dans notre région) dès le mois de juin 1872 mais ce n’est que début 1875, après quelques péripéties administratives, que commencent les travaux de construction de l’église, de la cure et du cimetière. Ils se terminent fin 1876, après une nouvelle péripétie (conflit avec un entrepreneur).

Rue de l'église à La Bruyère. Carte postale reprise du livre "Beauvechain au fil du temps" par M Deconinck.

Rue de l’église à La Bruyère. Carte postale reprise du livre « Beauvechain au fil du temps » par M Deconinck.

Les années s’écoulent jusqu’au 5 juillet 1944, jour où les Alliés bombardent lourdement la plaine d’aviation sur laquelle sont installés les Allemands. Ce que l’on appelle aujourd’hui les « dommages collatéraux » sont importants : huit habitants sont tués, et l’église est partiellement détruite.

Les dégats à l'église de La Bruyère. Photo apparu dans le livre "Le Culot 1935-1945" de R Pied.

Les dégats à l’église de La Bruyère. Photo apparu dans le livre « Le Culot 1935-1945 » de R Pied.

Ce n’est qu’en avril 1950 que les travaux de reconstruction commencent, pour se terminer un peu plus de 2 ans plus tard. Le 9 novembre 1952, l’évêque auxiliaire procède à la bénédiction solennelle de l’église restaurée, telle que nous la connaissons aujourd’hui.

La vie de l’église de La Bruyère ne fut pas un long fleuve tranquille, et chaque étape importante de celle-ci (naissance, construction, reconstruction) fut marquée de péripéties. Aujourd’hui, le défi qu’elle doit relever est celui de sa rénovation intérieure, pour laquelle les moyens manquent actuellement…

Source: Mathieu Bertrand, Thierry Bertrand, Christian Molderez – « Monographie de la paroisse et de l’église St-Joseph à La Bruyère », éd. Historiques Nauwelaerts, 2007

Sources sécondaires:

  • Robert Pied – « Beauvechain Le Culot 1935-1945 Flugplatz – Airfield », 1998
  • Marc Deconinck – « Beauvechain au fil du temps », 2000
Publicités