La date de construction de la chaussée – résolu!

Un des articles le plus populaire sur ce blog est mon « Vieux Chemin de Louvain – à la recherche d’un chemin perdu » et la réponse à la question si elle menait vraiment à Leuven. Cet article fut aussi publié dans le bulletin de la Vallée de la Néthen (du Centre Culturel), et ça m’arrive que des gens commencent m’en parler spontanément dans le village.

Un point que j’avais abordé mais pas complètement argumenté, était la date de construction de la chaussée de Louvain. Un article écrit dans les années 1930 avait déclaré, sur base d’une source, que ceci avait été fait dans les années 1720. D’autres articles l’ont ensuite répété.

Sur base d’autres sources et sur base aussi de contexte économique et politique, j’avais toujours tenu que la construction s’est faite dans les années 1750, période de forte croissance pour les villes de Namur et Louvain qui pouvaient donc se permettre de financer un tel projet, tout comme d’autres projets (canal Leuven-Mechelen, …). La construction de voiries dans les années 1720 pouvait alors faire référence à la mise en place de « grandes allées » et « salons » dans la forêt de Meerdael par son propriétaire, le duc d’Arenberg.

Récemment une nouvelle source est apparue qui semble être conclusif. Il s’agit de la carte de Villeret. Il s’agit d’une belle carte fait entre 1745 et 1748, fait par l’Ingénieur Royal français Villeret, des terres entre Gand et Liège. En effet, suite à la guerre de succession d’Autriche, les troupes français sont maitres dans nos contrées pendant quelques années, et ils en profitent pour cartographier ce qu’ils ont envahi. C’est un vrai précurseur de la carte Ferraris de 1777, et qui montre aussi parfois déjà une belle évolution…

A leur retour après la paix en 1748, ils ont pris la carte avec eux, toutes les versions étaient en France et très peu connue. Heureusement, l’Institut National de l’Information Géographique et Forestière française a maintenant digitalisé cette carte. Le site flamand geopunt.be l’a mis à disposition, et on peut y passer pas mal de temps en parcourant la carte.

villaret 1

Partie Nord

Sur cette carte, on voit une grande chaussée dans la forêt. Discussion clos donc ? Pas si vite … car il y a bien une grande allée, quasi tout droit et au même endroit que la chaussée actuelle, mais … il n’y en a pas à Blanden, et cette allée se termine ou il y a maintenant l’écoduct. Vraisemblablement, il s’agit d’une des allées construit par le duc d’Arenberg, sur ces terrains à lui. Car la partie sud du forêt (actuellement territoire wallonne) appartenait à l’abbaye de Valduc – d’ailleurs c’est marqué sur la carte « Bois de Valduc ». Ce n’est qu’après la dissolution de l’abbaye par les révolutionnaires françaises envahisseurs (encore …) que Arenberg s’est pu procurer ces terrains.

villaret 2

Partie sud

Quand on regarde bien, on voit donc à la fin de cette grande allée une jonction avec notre fameux « vieux chemin de Louvain » dont je vous ai parlé. Cette partie est encore visible sur le terrain, comme je vous ai indiqué dans mon article (cfr photo ci-dessous). Le reste du trajet vers le nord avait déjà disparu, suite à la « mode » des grandes allées, il n’y a que la carte cadastrale qui en retienne une mémoire vague (voir aussi mon article).

ill24

La fin actuelle du « Vieux Chemin de Louvain »

Si je peux spéculer un peu, le duc a donc fait construire ces allées, et l’a joint, là où les terrains des sœurs commençaient, a l’ancien chemin qui passait par le foret. Le reste de ce chemin a été laissé à l’abandon ou même détruit, car il y avait maintenant mieux. En plus, la dernière partie aurait été plus difficile à construire parce qu’elle est plus vallonnée.

Au moment que Leuven a commencé à construire la chaussée (1750 ou alentours), ils se sont servis (avec autorisation sans doute) de la partie qui existait déjà, pour épargner des sous et de l’effort, et ils se sont concentrés sur la partie vers Hamme-Mille ou ils ont dû creuser et déplacer pas mal de terre (je vous en ai parlé ailleurs). Ceci pourrait même expliquer pourquoi il y a des pavés en dessous de la partie à Hamme-Mille et avant, en dessous de l’écoduct, mais pas en dessous de la partie principale dans la forêt. J’avais déjà remarqué ceci lors des différents travaux, sans en trouver une raison.

Et voilà donc une question historique résolue !

PS Cette carte mérite une étude plus approfondie, mais cela sera pour une autre fois. On voit que la rue de Valduc était dans le bois, tout comme le « bois St Nicaise ». Il y avait aussi une « b(orne) de Valduc » dans la rue de Valduc …
D’autres belles choses se voient a « Tourinne ou Doern », par exemple un indice de (route vers) « Louvain » sur l’actuel ruelle Mottart et ruelle St Barbe. Un indice « Namur » se trouve près de l’actuel vieux chemin de Namur (Nodebais), et je retrouve même une indication du « conis voye » (koninklijke weg – chemin royale) (partiellement ruelle Lambert) que Schayès avait déjà mentionné aussi. Et La Bruyère s’appelait « hameau de la Grande Bruyère » … à suivre donc !

 

Publicités

6 réflexions sur “La date de construction de la chaussée – résolu!

  1. Monsieur Van de Casteele, vous argumentez que la route HM-Leuven aurait été faite vers 1750 sur la base qu’elle figure sur une carte (Villeret) de 1745-48. Mais si elle figure sur la carte de 1745, c’est qu’elle était faite déjà avant 1745! La date des environs de 1720 serait donc très plausible.

    • Ah il faut que je relis mon argument alors pas clair… Je voulais dire que la partie *dans le bois* (assemblée jusque ecoduct) date des 1720. Le reste, vers Leuven et la partie sur le territoire de l’abbye date des 1750

      • Effectivement, le tracé de la route « Chée de Louvain qui traverse HM ne figure pas sur la carte Viilleret, de même que la « Chée de Namur » d’ailleurs. La traversée de HM devait certainement se faire par le Vieux chemin de Louvain.
        Le centre actuel (carrefour-feux) doit avoir été développé après le tracé de la carte Villeret, Mais ces deux chaussées qui traversent HM figurent déjà effectivement sur la carte Ferraris de 1771-1778.
        J’ai confondu la chaussée (route de Louvain qui traverse la forêt = votre écrit: « Au moment que Leuven a commencé à construire la chaussée (1750 ou alentours »), et la Chée de Louvain qui traverse HM.

  2. Ok M Verhoyen, merci, très clair! D’une autre source j’ai la date de construction dans les années 50 (1750…), confirmé par la date indiqué sur le « Chateau de Namur » à Blanden (mais pas certain que c’est correct)

  3. Monsieur Van de Casteele,
    Je trouve dans la publication de Mr Joseph Schayes de 1975, « Les sentiers de l’histoire à Beauvechain et environs » page 151, que la chaussée de Namur fut créée en 1757 (j’entends qu’elle fut mise en usage à cette date) sous le règne de Marie-Thérèse d’Autriche. Je ne connais pas sa source mais ceci corrobore vos trouvailles. C’est également typique pour cette période qui fut une époque de grands travaux, comme le canal Leuven-Mechelen et comme de nombreuses routes « au clocher » en Belgique.

    • Merci pour cette confirmation. Je cherche effectivement cette source, un autre livre réfère à cette date sans noter la source (grrr)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.